samedi , 24 juin 2017
Accueil » Réflexions et Philosophie des voyages » Pourquoi je ne suis pas allé au Salon des blogueurs de voyage WAT17

Pourquoi je ne suis pas allé au Salon des blogueurs de voyage WAT17

L’exercice de faire une critique constructive est toujours périlleux. Le risque d’être mal compris est toujours latent. Néanmoins et après réflexion, je décide dans cet article de répondre à mes lecteurs et à mes amis blogueurs(-euses) sur ma décision de ne pas assister à l’événement des blogueurs de voyage francophones WAT17. J’ai besoin aussi de vider mon sac de sentiments comme blogueur, par rapport à mes prises de positions personnelles sur ce monde du blogging auquel parfois je me sens appartenir mais avec lequel j’ai aussi des profondes différences.

Bien évidemment, j’exprime ces quelques mots avec un ton de profond respect et je réitère que c’est une appréciation personnelle.

Historique de ma relation avec le Salon des blogueurs de voyage francophones.

Ma première participation au salon des blogueurs francophones a été en 2014, lors de la naissance de la toute première version de cet événement… le WAT14 à Cannes. Cette année-là j’avais fini de traduire mon blog né en espagnol (en 2012) et j’ai décidé de me jeter donc sans complexe à écrire mon blog de voyage entièrement dans la langue de Molière. Étant déjà connu dans la blogosphère hispanique, j’ai vu dans ce salon français l’opportunité parfaite de côtoyer et de mesurer l’ambiance française liée aux blogueurs de voyage.

Souvenirs salon blogueurs de voyage francophones Souvenirs salon blogueurs de voyage francophones Cannes 2014

Le WAT14 a été une expérience très enrichissante. Nous étions 70 blogueurs et la rencontre avec tous ces gens amoureux de voyages et d’aventures lointaines m’a vraiment fasciné. J’ai découvert ainsi cette façon très française de faire de l’événementiel : paillettes, champagne et hôtels de luxe! Gros contraste avec les événements hispaniques et anglophones vécus auparavant…

La petite taille du premier salon lui a conféré une touche très chaleureuse et intime que j’avais beaucoup apprécié.

Ensuite j’ai eu le plaisir de participer au WAT15 qui se passait à Ajaccio. Comme beaucoup de gens, je suis tombé amoureux de l’île de beauté. On a été traité aux petits soins par l’office de tourisme et ses partenaires! Mais j’ai eu un petit désenchantement par rapport à la communication un peu bordélique et surtout sur la façon d’assigner les hôtels. En fait en tant que blogueurs on était reçu par un hôtel partenaire, mais le choix de celui-ci dépendait apparemment de la taille, de l’importance et de « l’influence » des blogs.

J’ai bien compris que le monde des affaires peut parfois blesser des petits coeurs sensibles comme le mien. 

Je précise que mon petit mal-être ne venait pas de ne pas avoir été logé dans un hôtel 5 étoiles, loin de là. Mais sur le message bien envoyé lié au traitement différentiel et au cas par cas. Je suis un grand défenseur de l’égalité du traitement des personnes et ceci dans n’importe quel domaine. Preuve de ma légère déception, je n’ai pas écrit mon habituel résumé sur l’événement. Je me suis limité à écrire sur les mémorables blogtrips auxquels j’ai participé avec beaucoup de joie autour d’Ajaccio.

En même temps je reconnais la difficulté de convaincre les hôtels partenaires pour accueillir tous les blogueurs.

Au WAT16 de Bruxelles je n’ai pas participé faute de temps.

Une motivante inscription au WAT17 de Saint-Malo.

Salon des blogueurs voyage Bretagne, Saint Malo wat17 Salon des blogueurs voyage Bretagne, Saint-Malo wat17

Suite à mon absence au WAT16 en Belgique, j’étais vraiment motivé pour assister à cette nouvelle version du salon de 2017. J’ai attendu patiemment l’annonce et je me suis inscrit sans hésitation une fois la confirmation de Saint-Malo comme siège du Salon.

J’ai acheté mon droit de participer au salon de blogueurs depuis décembre 2016 (quatre mois avant) et sans connaître encore le planning, ni les conférences, ni les possibles blogtrips, etc. C’est la preuve de la confiance aveugle que j’ai envers les organisateurs.

Le renoncement étape par étape

Le capharnaüm d’une communication maladroite

Salon des blogueurs voyage - Saint Malo 2017
Salon des blogueurs voyage – Saint Malo 2017

Ma joie de participer au salon s’est transformée malheureusement en déception au fur et à mesure que le temps passait. De l’expectative initiale je suis passé par une première étape de fatigue et de déjà-vu.

Bien que j’ai été compréhensif devant les erreurs en communication des premières versions du salon, pour le WAT17 les couacs se sont succédé d’une façon étonnante et exaspérante. Je ne comprenais pas comment pour une quatrième version on pouvait encore tomber dans les mêmes failles organisationnelles.

D’abord ce sont les nombreux mails qu’il fallait suivre avec rigueur pour ne pas perdre le fil sur l’événement. En quatre mois et après l’inscription j’ai eu des mails pour remplir des formulaires, ensuite pour re-remplir les formulaires car des bugs avaient eu lieu, et puis de re-remplir encore une fois sur les différents sites liés au salon. Je n’ai jamais compris pourquoi autant de doublons dans les informations récoltées.

Pour vous expliquer un peu mieux la chronophagie des démarches dans lesquelles je me suis noyé, voici un petit récapitulatif de ce que j’ai pu remplir:

  • Formulaire d’inscription et de paiement du droit d’assistance.
  • Remplissage d’un formulaire pour exprimer la catégorie du blog. fait deux fois car ajout de catégories à posteriori.
  • Remplissage d’un formulaire avec les infos complètes du blog participant au salon, sur le site www.salonblogueursvoyage.fr pour créer une page de présentation avec tous les blogs inscrits.
  • Inscription sur le site www.connexion.space (site dédié au marché des influenceurs) car attaché au choix des blogueurs invités. Mais l’inscription ne donnait pas accès à tout, car chaque inscription était évaluée et vérifiée avant de donner un accès complet (ou pas). Je ne suis jamais arrivé à tout remplir.
  • Formulaire blogueurs invités WAT17. À la différence des salons précédents, l’inscription au salon de blogueurs voyage de Saint-Malo ne donnait pas automatiquement accès aux blogtrips ni à un hôtel pendant l’événement. Il fallait donc remplir un formulaire (un autre) pour postuler. Le choix des 120 blogueurs invités sur 250 inscrits se faisait donc en interne.
  • Inscription sur le site www.blogueur.voyage pour publier les articles issus des blogtrips et de l’après-salon.
  • Téléchargement de l’application du salon sur smartphone et remplissage des rendez-vous souhaités au speed-dating avec les marques de tourisme présentes. Dans mon cas une vraie catastrophe. J’ai téléchargé et effacé l’appli 3 fois à cause des bugs! Finalement j’ai laissé tomber.

À tout ça il faut ajouter le temps passé à lire les informations données sur le groupe Facebook privé du salon.

Je vous avoue mon incompréhension dans le dédoublement et la répétition au moment de donner les informations nécessaires à la participation des blogueurs. Pour moi les nouvelles technologies et les nouveaux outils de communication devraient faciliter et simplifier les démarches et non l’inverse.

Mais la cerise sur le gâteau des situations maladroites dans la communication, a été le grand couac sur une publication Facebook provenant de l’un des organisateurs qui parlait des « #blogueursquidechirent », en faisant allusion aux blogueurs choisis comme « invités » et ayant accès aux blogtrips et aux hôtels. J’ai tout de suite remarqué que cette situation a blessé un peu les blogueurs non « invités » et je l’ai bien compris. D’ailleurs quelques blogueurs concernés ont créé en forme de rigolade le hashtag #blogueursquinedechirentpas. Je reviens sur le début de cet article sur l’importance de pouvoir offrir un traitement égalitaire aux participants, ou à la limite, de changer la méthode de sélection.

L’explosion du coût de la participation:

Je ne vous cache pas que mon récent retour à l’université m’oblige à surveiller mon budget avec rigueur. C’est pourquoi je ne pouvais pas me permettre de laisser exploser mon budget pour aller à Saint-Malo…et ben il a dérapé malgré mes soins.

  • Droit d’inscription : 70 euros TTC x 2 = 140 euros.
  • Logement x 5 nuits pour 2 personnes =  180 euros.
  • Carburant + péages Vienne (38) – Saint-Malo = 160 euros aller-retour.
  • Repas pour 5 jours = 150 euros.
  • Autres dépenses = 70 euros
  • Total = 700 euros !

Certes, c’est un investissement car mis à part les jolies rencontres, l’un des buts d’assister au salon est de tisser des liens avec les marques de tourisme. Mais par rapport à d’autres salons ou meetings de blogueurs, je ne voyais pas le bon rapport entre investissement et retour.

L’accumulation de tous ces détails ont précipité l’annulation de notre participation au salon WAT17 en Bretagne. Bien que côté finances on aurait pu faire un effort ou trouver des partenariats, la motivation n’était plus là!

Dernièrement j’ai participé à plusieurs salons et conférences de blogueurs à niveau européen, et il faut dire que dans les autres pays la prise en charge des blogueurs est supérieure. Niveau organisation je vous donne l’exemple du salon à se faire dans 15 jours aux Îles canaries en Espagne : limité à 100 blogueurs, inscription gratuite, trois mails au total (pour tout confirmer, avec les codes de réduction pour les vols, les hôtels, et pour confirmer les blogtrips).

Je suis admiratif du grand travail réalisé par Xavier et Florence ainsi que de ses collaborateurs, dans l’organisation du salon. Néanmoins je rejoins le discours exprimé par la blogueuse Jennifer Doré sur le fait que l’on paye et que l’on a donc le droit d’exprimer ses inquiétudes comme n’importe quel client.

Je répète que ce post est écrit dans un esprit respectueux, c’est une critique constructive. Je voudrais bien que pour des prochaines versions l’organisation puisse faire un salon avec une communication simple, soignée et assurer un traitement égalitaire des participants.

  Aristofennes

Blogtrip | Blog voyage

A propos de Aristofennes

Je m'appelle Jerson mais je suis connu sous le nom d'Aristofennes dans le monde du voyage. Je suis un voyageur passionné et sincère qui veux trasnmettre mes aventures dans ce blog personnel. Voyager est un art, dans lequel le contact humain est indispensable.

9 commentaires

  1. Merci pour ton post sincère. J’ai ressenti beaucoup de choses comme toi pendant la phase de préparation et je suis d’accord, le hashtag #blogueursquidéchirent était psychologiquement violent et d’une grande maladresse. Et le principe d’être invité et donc de facto obligé d’écrire un truc… sans rien savoir à l’avance (quel hôtel, quel blogtrip) est aussi compliqué pour un blogueur. On nous a demandé trop de confiance, de « vous verrez bien ». Je suis d’accord avec toi sur le souci de communication. Mais je suis contente d’être venue malgré tout. Une fois sur place, l’organisation m’a convaincue, j’ai adoré les soirées, j’ai noué des contacts (avec les exposants et les autres blogueurs) super utiles et/ou chaleureux, j’en garde un bon souvenir. L’événement lui même a été bien au dessus de sa préparation, sincèrement, et je n’ai pas regretté. Je reviendrai en 2018. Mais j’espère que les organisateurs entendront tes critiques intéressantes.

    • Salut,
      C’est sur qu’une sur place on s’éclate grâce aux rencontres, la fête et les business. Mais ça n’empêche pas d’améliorer la communication et le traitement des blogueurs.

      Merci beaucoup par tes mots !

  2. Merci pour cette critique constructive, enfin un avis nuancé et pas seulement des louanges dans le monde des bisounours du WAT… De notre côté, parmi les membres de notre blog, Claire et moi étions bien à Saint-Malo, mais une fois sur place les organisateurs m’ont refusé l’accès car leurs assurances ne pouvaient pas couvrir la présence d’enfants, même en porte-bébé ! Or, comme ma fille Norah (née fin décembre 2016) est toujours allaitée et qu’en venant d’Angoulême nous n’avions aucune solution de garde, pas moyen de faire autrement que de l’avoir toujours avec moi. Ils nous ont dit que la question avait été évoquée dans le groupe Facebook privé, que d’autres blogueurs qui ont des enfants s’étaient organisés… SAUF QU’aucune de nous 3 n’avions été invitées dans ce groupe !!! Je ne m’étais tout bonnement pas posée la question, ayant été au Salon du Tourisme à Paris avec ma fille en porte-bébé un mois plus tôt sans soucis.
    Donc oui, il y a de sérieuses marges de progression en termes de communication . Bref, impossible d’annuler au dernier moment, je me suis retrouvée à la porte pendant que Claire assurait seule les rendez-vous que nous avions pris avec les professionnels du tourisme. Aujourd’hui, malgré mes relances, je n’ai toujours pas été remboursée de mon billet et nous avons également engagé beaucoup de frais pour notre déplacement et notre hébergement sur place… Conclusion, pas sûres que nous participions l’année prochaine.
    Magali

    • Bonjour Magali,
      Merci pour partager ton expérience. Je trouve dommage que le le monde des affaires manque parfois ce sens humain.

    • Bonjour Magali,

      Comme je l’ai dis sur place, je comprends la difficulté que cela peut représenter de ne pas pouvoir venir avec un enfant, mais comme dans tous salon professionnel, les mineurs ne sont pas accepté. Sinon c’est un salon grand public, comme le Salon du tourisme à Paris. C’est n’est pas le même type de salon, même si vous y allez avec la même démarche.

      Si vous n’aviez pas la possibilité de moyens de garde, j’en suis désolé. Mais nous ne sommes en rien responsable de vos choix personnels et d’organisation.
      Je vous ai de plus proposé sur place qu’un de vous deux vienne puis que vous intervertissiez de temps en temps. Par exemple de se relayer toutes les deux heures.
      Comme l’ont fait d’autres parents sur place ou sur les éditions précédentes.

      Donc, une fois de plus, c’est VOTRE choix personnel d’organisation qui vous a conduit à vous exclure du salon et c’est dommage de rejeter la faute sur les autres.

      Nous l’avons expliqué à plusieurs reprises, par email et en face à face et je trouve dommage que tu ne comprennes pas cette nuance. Les règles sont les règles, avec ou sans porte-bébé.
      C’est comme de dire que j’ai le droit de rouler à 240km/h sur l’autoroute parce que je suis pressé 😉
      La règle c’est 130km/h et pour tous les conducteurs.

      En dehors de ce problème, ça serait à mon sens, de toute manière préjudiciable pour tes relations professionnelles sur place que de venir avec un bébé.
      Et à titre personnel (étant papa) je ne suis pas persuadé qu’un salon professionnel soit un lieu idéal pour un bébé de 5 mois, mais c’est un autre débat.

      Concernant cette histoire de groupe Facebook, nous l’avons évoqué par email ET en face à face. Je trouve dommage d’essayer de faire du bachsing alors que la situation est plus que claire.

      Nous avons envoyé plusieurs emails à la personne qui vous a inscrite au salon. C’est la seule adresse email que nous ayons jusqu’à qu’on nous en donne une autre (c’est logique), nous ne pouvons pas deviner les adresses emails des deux autres personnes de votre groupe de 3 rédactrices.
      Nous avons conservés nos échanges et envoies d’emails à toute bonne fin.

      Comme l’une de vous deux a répondu par email, cette troisième collaboratrice a annulé sa participation au salon. Elle n’a jamais répondu à nos emails jusqu’à quelques jours avant le salon. Malgré nos nombreuses relances.
      Vous nous l’avez indiqué par email. Elle ne vous a jamais transmis nos emails.
      C’est donc un problème de communication interne entre vous 3.
      Je suis désolé que vous ayez des problèmes interne mais nous ne sommes responsable de cela.
      Dès lors que vous avez reçu le mail et fais la demande sur le groupe, vous avez accepté le jour même.

      Cordialement,
      Xavier

      • Xavier,

        Wouah. Par où commencer ? Respirer peut-être 🙂
        J’avais pourtant essayé d’être le plus objective possible dans mon premier commentaire. A aucun moment je n’ai voulu faire de « bashing » et je me suis retenue depuis mi-avril de ne pas faire un article comme celui d’Aristofennes, mais maintenant je vois qu’on ne peut vraiment pas exposer son point de vue sans se faire traiter de basheur/basheuse!

        On va reprendre point par point.

        1) Sur la question de se relayer : non, ce n’aurait pas été possible car cela aurait voulu dire profiter de l’événement à moitié. Mon compagnon était pris de son côté par des RDV pro à l’extérieur de Saint-Malo.

        2) Nous sommes alors tombés d’accord sur un remboursement, vous nous avez même dit que l’année prochaine mon billet serait offert ! Je me souviens avoir réagi en voulant être drôle (même si c’était raté car maladroit) « qu’il faudrait l’écrire car les paroles s’envolent »… Ce que vous avez mal pris, car Florence m’a ensuite accusée de « ne pas être sympa ». Résultat nous sommes mi-mai et je n’ai toujours pas été remboursée. Je veux bien croire que vous soyez surbookées, être patiente, tout ça… mais tout de même.

        3) Sur la question de ne pas être « pro » quand on vient avec un bébé dans un salon : bah oui, effectivement, je ne l’aurais pas fait dans le cadre de mon « vrai » travail. Sauf que là encore, nuance : nous ne sommes pas blogueuses professionnelles et vous le saviez quand nous nous sommes inscrites. Vous nous aviez acceptées malgré tout. J’ai la sensation désagréable de faire partie de ces fameux « blogs qui ne déchirent pas » mais qui aident quand même bien pour le fond de commerce…

        4) Sur la mise en cause de notre com’ interne au sein de l’équipe du Bar à Voyages : là, ça ne passe pas du tout. Sophie a toujours transféré les mails qu’elle recevait et je la connais suffisamment pour lui faire une totale confiance. Evidemment cela aurait été plus simple que l’inscription initiale eut été faite avec notre adresse commune du blog, mais comme Sophie avait pris les billets « early booking » elle avait à l’époque réagi rapidement en renseignant son adresse perso. Nous avions ensuite confirmé l’adresse bar.a.voyages@gmail.com à plusieurs reprises pour nous assurer que le changement avait bien été pris en compte (là aussi, on peut ressortir les archives au besoin, mais on ne va pas monter un dossier à charge, si?)

        5) Finalement et pour terminer sur une note positive, comme il faut bien apprendre de toute expérience, même mauvaise, celle-ci m’aura bien fait comprendre que je ne veux pas que notre blog devienne un business. C’est pour cela que nous nous orientons vers un statut associatif et que les éventuelles futures recettes que nous ferons avec le Bar à Voyages serviront uniquement à couvrir nos charges de fonctionnement.

        Je regrette sincèrement d’en être arrivée à devoir me justifier par commentaire sur le blog de ce pauvre Aristofennes pour une histoire qui ne ne regarde pas. J’espère qu’il ne m’en voudra pas, mais il était important que moi aussi, je puisse utiliser mon « droit de réponse ».

        Allez, sans rancune, bonne continuation au WAT, quand même, mais sans nous 🙂

        Magali

        PS : j’attends quand même toujours mon remboursement !

  3. Merci pour ton retour Jerson.
    En qualité d’organisateur, les décisions et actions bonnes ou mauvaises m’incombent. Par conséquent j’assume toutes les erreurs que tu reproche dans ton article.

    Comme tu as pris le temps de faire un retour public sur l’événement, je me permets alors d’utiliser mon droit de réponse sur ton blog.

    Je comprends que la partie financière soit un frein pour toi, mais cet événement est un salon qui a pour but de professionnaliser le blogging voyage francophone.
    Cependant, si je reprends ton argumentaire financier, je pense qu’il faudrait nuancer le terme « explosion du cout de participation ». Car, la seule part qui a augmenté pour toi a été le fait de ne pas être invité pour l’hébergent. Si je reprends ton tableau, cela représente 3 nuits sur les 5 nuits que tu as payé 180€. Soit sur les 700€ du montant total que tu indiques une augmentation de ton budget de 103€ (soit 17% de plus). Ces 17% ne sont pas dues à une augmentation du tarif de participation mais au fait que tu n’as pas été sélectionné comme blogueur invités. Et la nuance est importante.

    Concernant le hashtag, JE m’en suis rendu compte après coup effectivement que c’était un effet un peu maladroit. Le but n’était pas de blesser les participants, mais c’était un clin d’oeil amusant au terme « maman qui déchire » (pub TV Sixt).

    Depuis l’édition 2016, où le nombre de blogueurs invités est inférieur aux nombres de places d »invitations disponibles, on doit mathématiquement faire des choix et sélections. Et cela répond à un certain cahier des charges des partenaires. Ce qui implique malheureusement de refuser certaines personnes (150 refusés et 100 acceptés). Et malheureusement c’est sur, ça peu blesser l’égo de quelques personnes.

    Concernant les autres critiques, subjectives, j’ai conscience des problèmes d’organisation que nous avons eu et des changement seront effectués pour l’édition suivante. Cela implique un nouveau site internet, une organisation revue dès le départ et un recrutement pour augmenter la capacité l’équipe.

    Car en dehors de problèmes techniques sur le site ou l’app, nous avons eu du retard et des problèmes d’organisation pour 2 raisons :
    1/ nous avons avec l’équipe actuelle, était victime du succès du salon. Il nous faut donc recruter pour augmenter notre capacité de travail.
    2/ la salon change de lieu tous les ans. Cela implique de repartir presque à zéro tous les ans. C’est un sacré challenge qu’il faut relever tous les ans.

    Je te remercie pour ton retour.
    Xavier

    • Bonjour Xavier,

      Merci beaucoup pour ta réponse sincère et professionnelle. Je pense que il faudrait absolument lors des ventes des pass expliquer à quoi chacune des entrées donnent droit. Comme ça chacun des blogueurs sait à quoi exactement s’attendre. Peut être aussi en limitant le nombre de blogueurs pour un prise en charge égalitaire. Ce n’est pas parce que un blog a des millions de visites qu’il a plus de droits que les autres. Certes, le monde des affaires demande de résultats. Mais le monde des affaires n’est pas parfois très éthique et c’est dommage.

      Merci encore, et à bientôt dans un prochain salon.

      • Merci pour ton retour.
        Justement, ma vision des affaires est d’essayer de faire bien les choses en gardant un salon à taille humaine où le lien et le relationnel est au centre des rencontres.
        Sinon je ferai un salon sans limiter les inscriptions et ouvert à tous. Hors ce n’est pas le cas. Faire un salon avec 2000 participants ne m’a jamais intéressé.
        Et sincèrement je ne pense pas qu’on puisse dire de mes affaires qu’elles ne sont pas éthiques. Ce n’est en tout cas pas le retour que j’ai de personne extérieur. Bien au contraire.

        Merci à toi et bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *